Posted in anteddbk

Cancer quand largent permet de mieux guérir

first_imgCancer : quand l’argent permet de mieux guérirRoyaume-Uni – Une étude du Bureau des statistiques nationales vient de démontrer que les personnes aisées avaient plus de chances de survivre à un cancer que celles issues des milieux défavorisés.On dénonce souvent les inégalités sociales et leurs répercussions sur la vie quotidienne des personnes. On estime notamment qu’un individu issu d’une famille aisée a plus de chances de réussir à l’école. À lire aussiCancer : définition, causes, types, qu’est-ce que c’est ?Des chercheurs se sont pour leur part penchés sur l’impact de ces différences de revenus dans le monde médical. Au centre de leur étude : le cancer, et surtout sa rémission. Au Royaume-Uni, lorsqu’un cancer est diagnostiqué, le patient a aujourd’hui 65% de chances de survivre au moins douze mois à sa maladie. C’est une moyenne et, en fonction des régions, on note de fortes disparités.Un taux de survie à 12 mois qui augmente avec les revenus Ainsi, quelqu’un qui vit dans les quartiers chics de Londres aura 70,3% de chances de survie à 12 mois, quand un habitant de Newham, banlieue défavorisée de la capitale britannique, aura pour sa part seulement 56,3% de chances de survivre à sa maladie plus d’un an.Pour expliquer ces inégalités, le professeur Karol Sikora de l’Imperial College London évoque le comportement des personnes les moins aisées, souvent intimidées au moment de pousser la porte d’un hôpital ou d’une clinique. Elles attendent donc, repoussant le diagnostic qui empire souvent en devenant tardif. En outre, elles bénéficient à un accès à l’information moins important, tant du fait de leur éducation que de leurs relations.   Le 12 septembre 2010 à 18:31 • Emmanuel Perrinlast_img

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *